[On a testé] Les cartes à gratter de Deux Coqs d’or 


Chez les BDC, tout le monde aime tester et découvrir de nouvelles choses. Quand j’ai craqué sur les petits kits « Cartes à gratter », je n’avais aucun doute sur l’enthousiasme des enfants à faire cette activité avec moi. 

Ce kit est vraiment bien fait. Dans une couverture en plastique, on trouve un livret avec des pas-à-pas (clairs et détaillés), un petit stylet en bois (qui permet de gratter la première couche de la carte pour faire apparaître les couleurs) et dix cartes à gratter. Toutes noires au départ mais en grattant, vous verrez apparaître soit du doré, de l’argenté, des couleurs de teintes plutôt rosées ou bleutées. En fonction de vos goûts ou du projet que vous souhaitez réaliser, vous pouvez choisir celle que vous voulez. Il vous suffit juste de gratter un petit coin de la carte pour savoir la couleur qui se cache en dessous. 

Il existe aussi plein d’autres thèmes à exploiter avec cette technique. Voici ceux qui sont présentés au dos d’un des deux livrets. Tous les kits se présentent de la même manière : le livret, le stylet, les cartes et la couverture plastique qui permet de tout ranger ensemble. Par exemple, il y a les cartes arc en ciel, les phosphorescentes, les motifs orientaux,… 

J’ai été assez surprise de voir le petit prix de ce kit : 5,95€. Nous avons pris les notres chez Cultura, mais vous les trouvez également sur Amazon et certainement dans d’autres enseignes. 

Les enfants ont adoré, ils se sont appliqués dès le début de la réalisation de leur petit tableau et ont suivi tout seuls les instructions du livret. Même s’ils ont un peu eu peur quand je leur ai annoncé qu’ils ne pourraient pas revenir en arrière s’ils grattaient trop leur carte ! Mais le brillant de la sous couche a eu raison de leur petite appréhension et le résultat est déjà superbe. Quant à moi, j’ai beaucoup aimé la concentration et la précision que demande cette activité. Je pense que ça peut être une bonne idée de cadeau fait-main, ou pour réaliser une carte. 

Il était une fois nos nuits


Une nuit comme toutes les autres. Une nuit que j’aurais commencée en chantant pour toi et en essayant de t’apaiser. Quand enfin tu te laisses aller et que tu t’endors, j’écoute ta respiration, je regarde chaque détail de ton petit visage qui change tellement vite. J’observe encore Je suis presque toujours épuisée avant toi mais je me suis promis de ne jamais t’en vouloir de ce sommeil compliqué à venir. Mon tout petit. 

Une nuit que j’aurai poursuivie en regagnant mon lit, sans oublier de t’embrasser et de te chuchoter, une fois encore, à quel point je t’aime. Parfois, le sommeil me rejoint tout de suite, dès que je me glisse sous la couette. Souvent, je profite de ce moment de solitude pour me perdre sur la blogosphère, à lire celles que j’apprécie suivre au fil de leurs articles, à découvrir de nouveaux univers ou à lire des sujets qui me font réagir. Je regarde l’heure, réflexe mécanique pour calculer le nombre d’heures éventuelles de dodo que je pourrai grappiller. Systématiquement, je me demande combien de fois tu te réveilleras cette nuit, et j’ose même souvent parier sur ton/tes heure(s) de réveil. 

Une nuit qui aura été coupée. Une fois, deux fois, trois fois, onnecompteplus fois,… Le déroulé n’est jamais le même, comme pour pimenter un peu plus nos nuits déjà agitées. Avec ton père, on s’amuse à décrire nos nuits comme « le jeu des lits musicaux » : on ne sait jamais qui va s’endormir dans quel lit, ni quand la musique de tes ronflements va se stopper, ni si on réveillera dans la même configuration qu’en début de nuit ! Nous ne savons pas ce qui nous réveillera : ton pas de course entre nos chambres, un appel, des pleurs (celui que j’aime le moins, avouons-le).  Une tutute à retrouver dans ton lit, un biberon à préparer, un calin à donner. Et un seul mot d’ordre : te rassurer et t’accompagner. Mon doux chaton, je suis tellement désolée. 

Une nuit qui s’achèvera par la sonnerie du réveil, toujours trop tôt. Et alors que nous devons émerger et faire bon gré, mal gré de nos aventures nocturnes, nous te laissons toujours poursuivre tes nuits au maximum. Jusqu’à ce que ton réservoir soit plein et que tu sois debout plus vite que ton ombre, prêt à croquer le monde et la vie. 

Bonne nuit mon chéri ❤️ 

[Recette] Tarte poire-chocolat. Facile et rapide 

Apprécier les petites choses du quotidien. Savourer, dès que l’occasion se présente. Et ce matin, je profite d’un petit déjeuner dans le calme, sans enfants. Monsieur BDC s’est chargé de les emmener à l’école et je n’ai plus qu’à déguster les restes de la tarte poire/chocolat. Et par la même occasion, je partage la recette avec vous. Attention, recette très très facile en approche. 

Pour régaler vos papilles, il vous faudra :

– 1 pâte brisée (là, j’en ai pris une déjà préparée, mais vous pouvez la faire vous-même) 

– 1 petite brique de crème liquide, soit 20 cl

– 1 tablette de chocolat 

– des fruits. Pour cette fois-ci, j’ai pris 4 poires mais avec des bananes, c’est encore plus rapide. 
1) Faire cuire votre pâte. 

2) Pendant ce temps, faire fondre le chocolat avec la crème. 

3) Éplucher les fruits et les couper. 

4) Quand elle est cuite, sortir la pâte du four et disposer les fruits dessus. 

5) Verser le chocolat sur les fruits, en essayant de les couvrir un maximum. 

6) Mettre au réfrigérateur pendant  au moins 4 heures. 

7) Se régaler. 
Pas de photo, c’était super bon mais très très moche ! 

Mes 7 indispensables pour le scrapbooking européen 

J’adore le scrap. Mais avec le scrap « traditionnel » (je crois qu’on l’appelle aussi scrap américain), j’ai toujours eu du mal à accorder les couleurs, à choisir les embellissements, les découpes, les papiers imprimés, etc, qui se marient bien ensemble. Et un jour, j’ai eu l’opportunité de découvrir un nouveau style : le scrap européen. Et là, ça a été une révolution pour moi. Pourquoi ? Parce que le scrap européen est surtout axé sur les photos et sur leurs découpes. C’est assez épuré comme style, le but est vraiment de mettre l’accent sur la photo, et non sur les embellissements autour.

Aujourd’hui, j’ai donc décidé de vous présenter mes indispensables pour s’adonner à ce loisir créatif et réaliser éventuellement vos premières pages.  Avec un joli cadre (ou un sous-verre), c’est un cadeau qui plaît toujours. Et cerise sur le gâteau, vous pouvez également choisir de l’accrocher chez vous, ca fait son petit effet.


1) DES PHOTOS

Haha, ça va, c’est facile comme premier indispensable. Vous pouvez choisir de prendre une seule photo mais le gros avantage de cette technique, c’est que l’on peut travailler sur plusieurs photos. L’idéal pour le début (à mon humble avis hein, ça n’est pas une vérité absolue), c’est de choisir 2 ou 3 photos. Des photos qui ont été prises dans le même contexte, afin d’avoir un thème global, des couleurs et une luminosité similaires.

2) DU PAPIER

Une grande page en 30×30 cm (de couleur unie) qui servira pour le fond et éventuellement, du papier pour agrémenter votre page (écrire un titre, faire ressortir une partie ou une photo precise, ou juste en décoration). Gardons bien en tête que les couleurs choisies nous permettront de mettre en valeur les photos : la couleur d’un détail de la photo, une couleur un peu plus pêchue pour dynamiser la page, …

 

ciseaux-de-detourage-mahe-toga3) DES CISEAUX

Le top du top : des petits ciseaux fins qui ne vous serviront qu’à couper le papier et les photos. Pourquoi petits et fins ? Parce que ça permet de détourer les détails de certaines photos et d’être plus précis dans sa découpe.

4) DE LA COLLE SANS ACIDE

Et j’insiste particulièrement sur le « sans acide ». Ainsi vos photos ne terniront pas aux endroits où vous allez appliquer la colle. Ma colle préférée, c’est la petite souris rouge qui offre le gros avantage de ne pas s’en coller plein les doigts (jeu de mots débile, bonjour !)

5) UN FEUTRE VELLEDA

Pour pouvoir dessiner les gabarits sur vos photos et effacer les traits en un coup de chiffon ! Attention, avant de vous embarquer dans le traçage, vérifiez bien dans un coin de la photo que le feutre s’efface bien. Je me suis fait avoir avec des photos imprimées avec mon imprimante. Ça serait dommage de gâcher une photo de la sorte.

6) DU SCOTCH REPOSITIONNABLE

Il vous servira à tenir les photos entre elles pour avoir de jolis espaces et à maintenir le placement de vos photos avant de les coller sur la page (par exemple, si vous avez des bandes de papier à glisser sous vos photos). Si vous n’avez pas de Scotch repositionnable sous la main, vous pouvez prendre un rouleau adhésif « normal » et le coller/décoller plusieurs fois sur le dos de votre main. Ainsi, vous ne risquerez pas d’arracher vos photos en décollant l’adhésif.


7) DES GABARITS

Alors là, deux options s’offrent à vous. Soit vous investissez dans des gabarits simples (ceux de la marque Toga par exemple, même si ce ne sont pas mes préférés, ils ont l’avantage d’être à des tarifs abordables) ou vous vous mettez à la recherche de ce qui pourrait vous servir de gabarits dans votre environnement : verre, bol, assiette, pour faire des arrondis par exemple, ou pièce de grand puzzle,… Honnêtement, cette deuxième solution me paraît un peu compliquée quand on a jamais pratiqué le scrap européen et qu’on ne sait donc pas encore trop s’orienter dans la présentation des pages.

Une fois qu’on a ces indispensables, on peut déjà faire pas mal de choses. Et petit à petit, on augmente son stock de matériel, on teste des techniques différentes, on essaie, on se trompe, on retente, on fait une pause,… Si je vois que ça vous intéresse, je pourrai peut-être vous préparer un petit tutoriel pour vous lancer dans la réalisation de votre première page.

Ma wishlist pour la Saint-Valentin

Moins d’une semaine avant la St-Valentin ! Et c’est pour moi l’occasion de vous montrer les petites choses qui me feraient plaisir en ce moment.

bracelet-double-rangs-prenoms

 

massage_2

  • Un loooong massage de mon amoureux, sans râler !

 

ciak-roncato-todo-ensemble-tp_190876202668656103f

  • Un set de valises, en prévision de week-ends en amoureux

 

71b-lh2bprll-_sy355_81kixwtw7rl-_sl1500_

 

  • Une valise trolley et un vanity pour ranger enfin tout mon matos créatif au même endroit !

 

lancome_grandiose_liner_001_noir_mirifique_500x500

 

Et comme chez nous, on ne fête pas trop ces fêtes là (on zappe parfois aussi les cadeaux de Noël et ceux pour les anniversaires), il y a peu de chances que je les reçoive ! Mais dans tous les cas, tous ces objets restent sur ma wishlist !

Petite question pour vous : comment vous faites pour publier des jolis pêle-mêles sur vos blogs ? J’avais tenté d’en faire un avec Paint pour le premier anniversaire de Mini BDC mais je le trouve tout moche. Donc si vous avez des sites chouettes ou des applications pour en publier, je suis toute ouïe ! 

 

Belle journée à tous !

Dors, bébé, dors (non) 

Dors, bébé, dors (non) 

Mini BDC n’a jamais été un grand dormeur. On peut même dire qu’on a bien tourné en bourrique au niveau de son sommeil.

 

A la maternité et pendant son premier mois, malgré les remarques appuyées du personnel médical, il ne dormait que sur le ventre. Tout au long de sa première année, il fallait qu’il soit porté pour réussir à trouver le sommeil (merci à notre Ergobaby d’amour d’avoir sauvé mes bras), que ce soit pour la sieste ou pour le « dodo de nuit ». D’ailleurs, pendant les tout premiers mois, il avait également besoin d’avoir un bruit blanc pour s’apaiser. Et à l’heure actuelle, il se réveille encore plusieurs fois par nuit, pour se rassurer en nous voyant, parce qu’il a perdu sa tute, parce qu’il a mal aux dents ou bien parce qu’il a faim (généralement, ce réveil là a lieu vers 5 heures).
Je sais que d’autres bébés ont des sommeils bien plus compliqués que les nôtres et j’admire clairement les parents qui supportent des nuits plus hachées, des terreurs nocturnes, des enfants qui refusent de dormir dans leurs lits et moults autres situations désagréables. J’ai bien conscience (et j’espère que vous le gardez dans un coin de votre tête) que ce qui a fonctionné chez nous peut n’avoir aucun effet chez vous.
Mais si toi, jeune parent, tu arrives ici parce que ton bébé ne dort pas, ou peu, ou mal, saches qu’il y a plusieurs pistes à tester pour tenter d’améliorer vos nuits. Ici, nous avons fait :

– un tour chez l’ostéopathe, qui a débloqué une petite tension dans le dos de mini. Il avait un mois et c’est sans doute ce qui lui a permis de se mettre à dormir sur le dos. Parfois, un muscle coincé, une tension, un tout petit rien peut gêner un bébé et l’empêcher de prendre une position agréable pour bien dormir. Attention quand même à aller consulter un ostéo qui est habitué à manipuler des bébés. Rien de mieux que le bouche à oreille pour trouver un professionnel compétent.

L’aspirateur (ou les vidéos de bruits d’aspirateur sur YouTube). Ça a été le bruit blanc préféré de Mini, celui qui réussissait à l’endormir généralement. Mais tous les bébés ne réagiront pas au même donc n’hésitez pas à en tester plusieurs : vagues par exemple, ou le bruit que fait une radio quand elle ne capte pas (ça doit porter un nom précis mais je ne l’ai pas en tête)

– le passage au lait artificiel. Ça n’est pas une solution miracle pour tout le monde mais ici, ça a été assez radical (pendant 3 mois seulement certes, mais c’est toujours ça de pris !). Attention, j’insiste bien sur le fait que ça n’est pas forcément la solution idéale, surtout pour celles qui tiennent à allaiter au sein. 

– nous n’y sommes pas pour grand chose mais un grand changement dans l’endormissement s’est fait remarquer quand il a commencé à marcher.

– nous (enfin, surtout moi mais je n’ai pas le même rythme que Monsieur BDC) avons beaucoup pris sur nous et je me répétais que ça finirait par passer. Et j’essayais de trouver le positif au maximum. Il a besoin d’être contre moi pour s’endormir ? Alors je vais en profiter pour faire le plein de ses câlins et de son odeur, je ne pourrais plus le faire dans quelques années. Ça n’a rien changé à son sommeil, mais ça me permettait de ne pas péter un plomb et de mieux le vivre.

– nous avons aussi testé la méthode du « 5/10/15 ». Plus jamais. Je n’ai toujours pas compris le principe, je ne veux même pas essayer de le comprendre. On laisse « pleurer » Mini BDC quand on sait qu’il va bien et que tous ses besoins sont comblés mais si les pleurs deviennent de vrais pleurs, si ça s’intensifie ou bien qu’on sent qu’il n’est pas fatigué, pas d’insistance. Je ne vois pas l’intérêt de risquer qu’il assimile la solitude, l’abandon, la tristesse avec son lit. A mon sens, c’est totalement contre-productif.

Nous n’avons pas testé mais nous avions également entendu parler de l’emmaillotage. Cela enveloppe les enfants et leur évite de se réveiller à cause du réflexe de Moro. Et puis, les bébés aiment généralement être contenus.

 

Et si vous avez d’autres astuces à nous faire partager, d’autres pistes à explorer pour des nuits plus sereines pour tout le monde, n’hésitez pas à les indiquer en commentaire. J’éditerai l’article pour ajouter vos idées. 

10 choses sur nous

Dans mes objectifs 2017, j’ai prévu de publier 2 articles par semaine. Et en grande angoissée de la page blanche, il n’est pas utile de vous préciser que je peine à penser que mes idées d’articles (pourtant nombreuses) peuvent être suffisamment intéressantes pour être publiées. Alors je crée des brouillons, je commence à rédiger, je me dis que c’est naze, j’ouvre un nouveau brouillon, j’y mets des idées, je me dis que c’est du « remplissage » et je supprime,… Un éternel recommencement. Et puis finalement, je me dis également que ce blog est mon espace et que j’ai bien le droit d’y raconter ce dont j’ai envie.
Bref, aujourd’hui, en checkant les articles relayés par Hellocoton, je suis tombée sur celui d’une bloggueuse (honte sur moi, je n’ai même pas pris le temps de recopier le lien de l’article ou de retenir son nom) qui présentait 10 choses sur elle. Ni une, ni deux, j’avais trouvé le thème de mon nouvel article : 10 choses sur nous !

  1. Le premier mot de Mini BDC a été le prénom de son frère. Au grand désespoir de sa soeur ! Et pour les noms, ceux qu’il a mis le plus de temps à prononcer (alors qu’il les voit tout le temps !), c’est Mamie et Papy. Ils ont été rebaptisé « Mimi » et « Pi ».
  2. Monsieur BDC et moi, nous fêtons un anniversaire de dizaines cette année. Mais pas la même dizaine. D’ailleurs, nous avions prévu de faire une grosse fête à cette occasion mais les événements de la fin d’année 2016 mettent tout ça en suspens. Ce qui ne déplaît pas forcément à Monsieur BDC, qui n’aime pas trop être le centre de l’attention et dépenser des sous !
  3. Petit BDC est en CE1 et Maxi BDC est en CM2. Quant à notre Mini BDC, il ne rentrera normalement à l’école qu’en septembre 2018, quand il aura plus de 3 ans. Ce qui est un choix complètement réfléchi et assumé. Chacun fait ce qu’il veut et ce qu’il peut pour ses enfants, mais personnellement, je pense qu’il a tout son temps pour être en « grand groupe », se conformer aux règles et au rythme de l’école, … Il est très bien chez son ass’ mat’, il découvre plein de choses, il est en contact avec d’autres enfants, il peut se reposer quand il veut,…
  4. La Nounou de Mini BDC n’est autre que … sa mamie ! (donc ma maman). Nous avons de très bons rapports avec nos mamans respectives. La maman de Monsieur BDC prend les enfants un soir par semaine (pendant les semaines où ils sont chez nous) et elle se rend toujours disponible quand il faut nous dépanner pour Mini BDC. C’est également elle qui avait pris le relais pour la gestion des enfants après la séparation de Monsieur BDC.
  5. Nous sommes ultra fans de Stéphane Marie, de « Silence ça pousse ». C’est notre moment devant la télé, où on s’imagine en jardiniers super doués, avec un aménagement extérieur de folie … Et on est toujours émerveillé par le coup de crayon de Stéphane Marie.
  6. J’ai charmé Monsieur BDC avec des cupcakes au Nutella. Et ouais, du gros niveau ! D’ailleurs, ça fait une éternité que je n’en ai pas refait, peut-être que ça sera une de ses surprises pour la Saint-Valentin ?!
  7.  Nous sommes propriétaires de notre maison et nous y avons emménagé le 25 décembre 2014. Niveau déco, on essaie de lui donner un style cocooning et nous sommes fans des meubles blancs (d’ailleurs, nous regrettons d’avoir acheté une table laquée blanche, toutes les couleurs s’incrustent dedans et à force de recevoir des chutes de couverts, elle a plein d’éclats).
  8. Nous ne sommes pas encore mariés et le jour où nous nous marierons, nous prendrons nos deux noms de famille accolés. Comme Mini BDC actuellement. Il était important pour nous que Monsieur BDC conserve son nom par rapport à ses enfants mais je ne voulais pas être la seconde Mme SonVraiNomDeFamille. Et je voulais garder un lien « évident » avec ma propre famille. Ni une, ni deux, c’était tout décidé, nous deviendrons la famille « SonNom-MonNom ». Gros scoop, notre nom de famille n’est pas BouillonDeCerveau !
  9. On adore le café. Plutôt café long ou cappuccino pour moi, et expresso ou café corsé pour Monsieur ! D’ailleurs, j’adore tout ce qui est à base de café, dans les viennoiseries notamment. Et pour boire tous les cafés de ma journée, je « collectionne » les mugs de voyage. Sauf que j’ai du mal à en trouver des mugs de qualité, qui gardent les boissons au chaud, qui ne fuient pas (bonjour le mug qui s’est renversé dans ma voiture ce matin !) et qui ne se cassent pas.
  10. Nous sommes envahis de cheveux ! Maxi BDC a les cheveux longs, qui s’emmêlent tout le temps et dès qu’elle se coiffe, elle en met partout. J’ai une telle touffe de cheveux, que je les perds régulièrement et en quantité. Et autant on ne le remarque pas sur ma masse capillaire, autant le sol, la baignoire, le lit, mes fringues, etc sont constamment tapissés de cheveux. Ce qui me rendait malade (littéralement) pendant ma grossesse ! Et Mini BDC est né avec beaucoup de cheveux, à tel point qu’on les voyait sur la dernière échographie ! Première coupe très tôt, il est passé du brun foncé au chatain clair.

 

Et voilà, vous en savez un tout petit peu plus sur nous. Contrairement à ce que je pensais, cet article n’a pas été le plus facile à écrire 🙂 N’hésitez pas à en faire chez vous et à me mettre le lien de l’article.