Non classé

Il est où mon air épanoui ? Chronique de mes deux premiers mois de grossesse

Même si je suis très contente de l’arrivée prochaine de ce bébé dans nos vies, j’ai vraiment beaucoup de mal à supporter les symptômes de grossesse (surtout que les symptômes sont généralement loin d’être sympathiques, qu’on soit d’accord !)

  1. Je n’en peux plus des nausées et vomissements. Tout me dégoûte, parfois une simple pensée peut déclencher des hauts de coeur et compagnie. Et encore, j’ai un cachet magique qui a considérablement adouci le truc mais ça n’est pas parfait non plus.
  2. J’ai l’énergie d’un caillou. Mais genre un caillou asthénique. Me lever me demande un effort surhumain, prendre une douche relève de l’exploit et la liste est longue toute la journée. Heureusement, j’ai des heures récupérables à poser, ce qui me permet d’alléger ma semaine et de faire des siestes régulièrement chez moi. Par extension, je suis régulièrement sujette aux malaises, ce qui peut souvent devenir handicapant.
  3. Pour contrer les nausées, je suis passée à 8 repas par jour. Des repas un peu moins importants que quand je n’en fais que 3.5 mais quand même.
  4. Mes obsessions alimentaires sont très fluctuantes : sandwich au blanc de poulet il y a 15 jours, soupe au potiron cette semaine. Les pommes de terre rencontrent toujours un franc succès mais la tomate est en train de les rattraper. Le gros avantage, c’est que pour la grossesse de Mini, je n’étais attirée que par des trucs gras et malsains. Là, je m’en sors plutôt pas mal.
  5. Je ne peux plus m’approcher de mon chien. Rapport au point numéro 1. Et ça me fend le coeur de voir son regard triste quand il cherche une caresse et que je ne peux lui offrir qu’un haut de coeur.
  6. On commence à voir mon ventre … Et si vous me connaissiez dans la vraie vie, vous sauriez que j’ai particulièrement horreur d’être au centre de l’attention, qu’on s’intéresse à moi, devoir répondre à des questions sur mon état, … Et s’il y a bien une période qui met ma sauvagerie à mal, c’est la grossesse.
  7. Les toilettes sont devenues mes meilleures amies. Rapport au point n°1 (toujours lui) et aussi à la nécessité d’aller faire pipi toutes les 30 minutes. Le jour, la nuit, je ne sais même pas commet mon corps peut être une telle usine à urine !
  8. Certaines fringues sont devenus impossibles à mettre mais je n’ai pas non plus encore besoin de « vrais » vêtements de grossesse.
  9. Et surtout, ma poitrine a décidé de s’émanciper. Je fais habituellement partie de la team des petits seins. Là, j’ai l’impression d’être une bimbo de télé-réalité, la partie chirurgicale en moins. C’est un des points positifs de la grossesse chez moi.
  10. Ma libido m’a quittée. Rien à rajouter ! Mais Monsieur BDC est absolument parfait, il s’occupe de moi, gère les tâches de la maison que je ne peux plus faire, cuisine, … Un vrai amour (alors qu’il était encore moins partant que moi pour une seconde grossesse à la base, ça sera son quatrième enfant).

Si vous avez envie d’aller lire les déboires de Laura, qui vit un premier trimestre assez chiant aussi, n’hésitez pas. Je sais qu’il y a des femmes qui vivent super bien leurs grossesses, qui en tirent beaucoup de plaisir, qui se sentent épanouies dès les premiers temps et heureusement qu’elles sont là, sinon l’humanité serait en danger ! Mais n’oubliez pas qu’on est toutes différentes, qu’on vit les choses différemment, que nos corps et nos esprits accueillent les hormones différemment aussi. D’ailleurs, de lire les déboires de Laura me fait me sentir moins seule et moins « coupable » de ne pas apprécier ces premiers mois de grossesse.

Belle journée à tou(te)s et à très vite !

Publicités

9 commentaires sur “Il est où mon air épanoui ? Chronique de mes deux premiers mois de grossesse

  1. Je compatis, ici aussi le premier trimestre a été (est? Il s’étire en longueurs 😒) terriblement fatiguant … et plus je suis fatiguée, plus j’ai de nausée, yippie. Autant cet été mes alliés ont été la tomate, le fromage de chèvre et la citronnade, autant là, je ne rêve que de chocolat (et ma balance ne me remercie pas 😥).

    Aimé par 1 personne

    1. Rah, ce cercle vicieux fatigue => nausées.
      En ce moment, je suis à fond dans les soupes mais on a commencé les plats d’hiver (raclette, tartiflette, …) et ça devient un peu mon obsession. Je me transforme en patatefromagette addict ! De toute façon, la règle est claire : tout ce qui ne me fait pas vomir est le bienvenu.
      Belle journée ❤

      Aimé par 1 personne

  2. J’ai vraiment été chanceuse d’échapper aux nausées, je trouve ça insupportable (franchement, je préfère la franche douleur à cet état abominable) et l’aurais mal vécu pendant X mois. En revanche, je me souviens sans nostalgie de l’attention de tous quand mon ventre a pointé, de la fatigue sans fin et de l’absence de libido, pfiou! Bon courage et félicitations.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s