Blablabla·Non classé

Le blogging et moi : où j’en suis ?

Ca ne vous aura pas échappé, je suis une blogueuse irrégulière ! Du genre à publier consciencieusement deux articles par semaine pendant un mois et à ne plus prendre le temps d’écrire pendant trois autres. Pardon ? C’est ce que l’on vient de vivre ici ?! C’est bien la preuve que je ne vous mens pas !

J’adore ce blog. J’aime le nom qu’il a, j’aime tout ce qu’il m’évoquait quand je l’ai créé. J’aime les sujets que j’y aborde et j’aime aussi quand vous me laissez vos petits mots. Mais (il y a toujours un mais !) je n’y suis pas aliénée. Si j’allais même plus loin, je vous dirai que je lève les yeux au ciel à la lecture de tous les conseils sur le blogging qui vous parle de régularité, de suivi de ligne éditoriale, de ne pas abandonner son lectorat, blablabla. J’écris et je partage ici par plaisir, pour partager des découvertes, pour papoter sur des sujets qui me touchent, qui me laissent perplexes, qui m’interpellent. Et comme je ne me fixe clairement aucune pression sur mon rythme d’écriture, c’est le blog qui pâtit quand la vie s’accélère ou que la fatigue est trop grande.

Euh, Madame BDC, t’es bien gentille, mais pourquoi tu nous dis tout ça ?

J’y viens, j’y viens. Même s’il y a des périodes où je ne prends pas le temps d’écrire, ça n’est pas pour autant que je vous oublie et je me dis régulièrement « oh, il faut que j’écrive sur ce sujet » (je vous avoue que ça ne fait qu’allonger la liste de mes brouillons). J’ai donc un million de sujets en attente d’être exploités (de la vie quotidienne, des réflexions sorties de nulle part, des chouettes découvertes littéraires, …) mais ça n’est pas pour autant que je me forcerai à vous écrire. Parce que j’y perdrai quelque chose qui m’est cher : mon droit absolu à privilégier ce qui me semble important. Et même s’il est important, le sens où j’y tiens, mon blog n’est pas prioritaire.

J’aime profondément lire vos articles. D’ailleurs, c’est ce qui m’a poussée à offrir un espace virtuel pour figer ce qu’il se passait dans ma tête. Et je suis généralement ravie de découvrir vos centres d’intérêt, vos questionnements, vos tranches de vie. Mais personnellement, je n’ai pas assez de temps pour tout mener de front et je vous tire mon chapeau d’y parvenir. Mais j’ai aussi de plus en plus de mal à me retrouver dans cette blogosphère depuis un moment. C’est aussi pour ça que je ne me suis pas motivée plus tôt à ré-écrire ici. Il a fallu que je me pose des questions, que je me remette en tête les raisons pour lesquelles j’avais voulu ouvrir un blog.

En réfléchissant, je me suis aussi demandé comment je réagirais si une de mes connaissances tombait sur ce blog. Sur le moment, je serais peut-être un peu frileuse, parce que ça reste mon jardin secret, ma petite bulle à moi. Mais j’estime que tout ce que j’ai écrit m’a ressemblé à un moment donné. Finalement, ce qui me dérangerait le plus, c’est peut être le regard des gens justement et les blagues sur « t’as un blog comme quand on avait 13 ans » ou « t’as cru que tu allais gagner ta vie et recevoir des tonnes de cadeaux ». Ou encore « oh la la, exposer ta vie de famille sur Internet, blablabla ». Sauf qu’en envisageant tout ça, j’ai réussi à trouver des réponses : Effectivement, j’ai un blog mais le design est quand même plus sympa que sur mon ex-skyblog ! Et les sujets sont quand même légèrement différents. Je n’en attends rien car je ne lui promets rien non plus. Que ça soit en nombre d’articles, de vues, ou d’abonnés, je n’ai pas (plus) d’objectifs. Attention, ça me fait extrêmement plaisir de voir que vous êtes presque 30 à me suivre et je serai ravie si on devait être de plus en plus nombreux, on ne va pas se mentir. Et concernant l’exposition, je crois être très light sur ce que je veux bien raconter. D’ailleurs, vous ne connaissez pas nos prénoms (enfin, certaines d’entre vous mais ça reste quand même « secret »). Mais on parlera plus longuement de ce sujet quand on évoquera les familles très actives sur les réseaux sociaux.

On va se retrouver. Petit à petit, sans pression, sans objectif qui me donne des sueurs froides quand j’imagine que je ne vais pas l’atteindre. On va parler prochainement des mamans Youtubeuses, d’un super livre que je viens de finir et si je trouve une chouette manière de vous présenter des DIY, ça devrait arriver aussi !

Bref, cet article n’avait ni queue ni tête mais c’est aussi parfois ce qu’il se passe dans ma cervelle !

A très vite !

(vous m’avez manqué)

 

young woman thinking with pen while working studying at her desk
Photo by Kaboompics .com on Pexels.com
Publicités

2 commentaires sur “Le blogging et moi : où j’en suis ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s