La méthode Flylady et moi

Si je devais vous donner notre signe astrologique familial, je dirais que nous sommes bordéliques ascendant procrastinateurs. Notre planète de référence doit être la Lune (oui, je sais, la lune n’est pas une planète mais nous ‘e sommes pas non plus sur un blog scientifique !) et nous préférons largement profiter de nos moments en famille plutôt que de ranger et faire le ménage. Malheureusement, notre maison n’a pas été construite sous le signe de l’autorangement. 

Assez paradoxalement, je suis aussi passionnée par les méthodes d’organisation et depuis de nombreuses années, je prends plaisir à rechercher des méthodes d’organisation. C’est ainsi que j’ai découvert la méthode Flylady, qui est, à  ce jour, celle qui me convient le mieux. 

Voici ce que j’en ai retenu (attention, je ne suis pas non plus une inconditionnelle de la méthode, et il y aura certainement des approximations). 

Il faut quand même préciser que cette méthode ne conviendra pas à tout le monde et qu’elle a été créée par une américaine, Marla Cilley (c’est elle Flylady), qui est catholique et praticante, ce qui lui donne un état d’esprit particulier. Par exemple, dans l’organisation de la méthode, on trouve le « blessing » (= la bénédiction) de la maison. Cela peut ne pas parler à tout le monde, il faut réussir à passer outre. Ici, je ne bénis pas ma maison, j’en prends soin. Le livre de référence, écrit par Marla Cilley, s’appelle « Entretiens avec mon évier », à dénicher chez votre libraire préféré. 

  • Je vous en ai déjà parlé, je suis adepte des petits pas. Et c’est un des « fondements » de cette méthode. On y fait les tâches ménagères petit à petit, mais régulièrement. On évite de se décourager et de se dégoûter en ayant passé 4 heures à briquer la cuisine. Généralement, il y est préconisé de travailler par tranches de 15 minutes maximum. 
  • Le bazar ne s’est pas installé et il ne disparaîtra pas non plus en une journée. Et comme il est impossible de nettoyer vite et bien quand tout est surchargé, un des autres principes clés, c’est le désencombrement. Savoir se séparer du superflu, des objets « qui pourraient servir un jour » qu’on entasse, des choses dont on est persuadé qu’elle nous rappelle des souvenirs alors qu’elles nous encombrent l’espace et la tête,… 
  • « Un évier qui brille le soir vous fera sourire toute la journée du lendemain« . Vous avez l’impression que c’est complètement taré ?  Et bien figurez-vous que c’est complètement vrai ! Cela évite de se retrouver avec quelque chose de sale et négatif dès vos premiers pas dans la cuisine. Un évier rempli de vaisselle sale envoie comme signal « hé hé, tu n’as pas encore bu ton premier café /thé/chocolat de la journée mais tu sais déjà que tu vas devoir me laver, me sécher, me ranger (décharger /charger le lave-vaisselle pour ceux qui en sont équipés). Au contraire d’un évier propre et débarrassé, qui donne une bonne impression. 
  • Les routines sont hyper importantes. Elles permettent de gagner du temps et de nous placer en « mode automatique ». Je sais que mes taches de la journée doivent être faites dans un certain ordre, et avec l’habitude, je les fais plus vite et je suis sûre qu’elles sont toutes réalisées. Il y a plusieurs types de routines : les routines quotidiennes, le plan de base hebdomadaire, le blessing qui est une routine un peu particulière. 
  • Mieux vaut fait que parfait. D’ailleurs, à bas le perfectionnisme
    • Le nettoyage poussé de la maison s’organise en 5 zones. Chaque semaine du mois a sa zone, ce qui nous oblige à y passer régulièrement. Sur le site de Flylady, vous trouvez des missions déjà établies. Les missions de zones concernent les tâches qui ont besoin d’être effectuées/approfondies moins régulièrement. Par exemple, pas question de laisser un mois le sol de la cuisine sans passer l’aspirateur. Cette tâche sera reprise dans le pbh, et même éventuellement dans les routines quotidiennes (chacun créé ses propres routines). Idem pour le nettoyage du plan de travail. Par contre, une bonne session de lavage de four, ça, ça rentre dans les missions de zone. 
    • Nous faisons l’entretien de la maison pour nous, et non pour les autres. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas se trouver des excuses pour se plaindre et avancer avec le sourire. J’en vois déjà dans le fond de la salle qui lève les sourcils en pensant que c’est encooore une méthode d’organisation domestique qui ne s’adresse qu’aux femmes, qu’on est pas sortis de l’auberge si on reproduit encore ce schéma là en 2017, etc etc. Je vous arrête tout de suite 😊 La méthode Flylady n’est pas incompatible avec le féminisme (preuve en est chez nous). J’avoue en être l’instigatrice mais Monsieur BDC connaît les principes qui régissent cette méthode et nous les appliquons tous les deux. Nous avons chacun des routines qui nous sont propres et celles qui sont communes à la maison et que nous effectuons en fonction de notre disponibilité, de nos envies (il déteste gérer le linge et j’ai du mal à tenir le rythme des poubelles, par exemple) ou de nos modes de fonctionnement (je suis plutôt ménage global alors que lui aime les missions plus détaillées),… Bref, je n’ai pas vendu mon âme au diable en adoptant la méthode Flylady. 

      Dites moi tout, vous vous organisez comment ? Vous connaissiez la méthode Flylady ? Vous voulez en savoir plus ? 

      Publicités

      Laisser un commentaire

      Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

      Logo WordPress.com

      Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

      Image Twitter

      Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

      Photo Facebook

      Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

      Photo Google+

      Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

      Connexion à %s